L'Orchestre Symphonique du Campus d'Orsay

Activité.
L'orchestre donne de dix à douze concerts par an. Ses ressources financières sont constituées pour 90 % par les recettes des concerts et pour 10 % seulement par une subvention du CESFO. La contribution de l'université consiste à mettre à sa disposition le grand amphithéâtre du campus d'Orsay pour les répétitions et les concerts et un local de rangement du matériel.
Le répertoire de l'orchestre est très large car en trente ans d'existence aucun genre musical n'a été ignoré. La musique française du 19ème et du début du 20ème siècle a été tout particulièrement honorée sous la baguette de Daniel Couderd (Franck, Chausson, Chabrier, Milhaud, Debussy, Poulenc, Honegger, Satie), mais tout le grand répertoire a été abordé à l'exception des œuvres trop exigeantes en effectif ou sur le plan technique.
L'orchestre symphonique d'Orsay a créé en octobre 2000 une œuvre de Piotr Moss écrite à son intention, sur commande du Ministère de la Culture, " Le Petit Singe Bleu " sur un texte de Jean-Louis Bauer.
L'orchestre donne régulièrement des programmes avec chœurs, avec la collaboration du Chœur du Campus d'Orsay (fondé par Daniel Couderd, qui a travaillé en collaboration exclusive avec l'orchestre pendant des années), et des chœurs Darius Milhaud et Amadeus (Paris) qui organisent la plupart des concerts parisiens. 

 

osco

 

Historique.

L'Orchestre Symphonique du Campus d'Orsay a été créé en 1976 comme activité culturelle du CESFO (Comité d'Entraide Sociale de la Faculté d'Orsay), par les membres de l'ex-orchestre de chambre du CEN de Saclay, par des enseignants de la faculté et des chercheurs des laboratoires du campus. 

Il eut la chance de débuter sous la baguette du violoniste Régis Pasquier. C'est Roger Roche, altiste du quatuor Loewenguth, qui lui succéda en 1977. En 1981, Roger Roche laissa la place à Pierre Michel Durand, jeune et brillant chef d'orchestre.

En 1983, Pierre Michel Durand partit accomplir son service national et fut remplacé par Daniel Couderd, précédemment assistant de Jacques Grimbert à l'orchestre de Paris-Sorbonne. En quinze ans à la tête de l'orchestre, Daniel Couderd a fait d'un ensemble d'amateurs un peu hétéroclite une formation cohérente et expérimentée, capable d'aborder des œuvres difficiles.

En 1998, Martin Barral fut désigné à l'issue d'un concours auquel participèrent une quinzaine de candidats professionnels de haut niveau.

 


osco 2 

Composition de l'orchestre.

L'orchestre est constitué en majorité d'amateurs issus des milieux scientifiques de la région (enseignants, chercheurs, ingénieurs) qui ont une bonne pratique tant de leur instrument que de l'orchestre. Il a accueilli régulièrement depuis sa création des jeunes diplômés des écoles de musique de la région, dont certains sont devenus professionnels, ainsi que des bons amateurs de toutes provenances.

Les pupitres peuvent être complétés si nécessaire par des musiciens professionnels.

L'orchestre dispose d'un piano de concert Yamaha C7, de deux contrebasses (à la disposition des contrebassistes qui peuvent venir aux répétitions sans leur instrument personnel), un contrebasson, un clavier électronique et du matériel de percussion (trois timbales à fût cuivre, grosse caisse suspendue, batterie complète, tam-tam et divers).

Le directeur musical, nommé par l'association qui gère l'orchestre, est également chargé de faire sa promotion et de trouver des engagements pour donner des concerts. Il choisit les programmes, sélectionne les solistes et vérifie l'aptitude des nouveaux membres de l'orchestre (le niveau souhaité minimum est le diplôme de fin d'études).

Les solistes sont des professionnels de haut niveau : ainsi, Yury Boukoff a interprété en février 2001 le 4ème concerto pour piano de Beethoven avec l'orchestre. Un règlement intérieur précise les conditions de participation aux activités de l'orchestre.